Retour sur le forfait des Sao A qui la faute ?

Match retour Egypte-Tchad

Le forfait du Onze national concédé lors du match retour de Poule qui devrait l’opposer en 2016 à la Tanzanie suscite encore des remous dans le milieu sportif tchadien voire au-delà. Le sujet mérite que l’on en reparle.

Au sujet de cette désillusion, les voix se sont élevées de partout pour dénoncer tantôt le comportement des joueurs, tantôt l’attitude des dirigeants du football tchadien. Mais, le vrai problème resté poser.

Pour beaucoup, la responsabilité de ce que l’on pourrait qualifier de l’incident diplomatique incombe entièrement la Fédération tchadienne de football association (FTFA). C’est ainsi que, nombreux d’entre eux s’en ont pris vertement à la classe dirigeante de football tchadien lors d’une émission réalisée par une radio de la place. Certes, la FTFA ne peut nier en bloc sa part de responsabilité dans cette affaire  qui a lourdement pesé en défaveur du géant Nigeria. Mais lui attribuer l’entière responsabilité, relève d’une cécité intellectuelle. A plus forte raison, ignorer que la prise en charge de l’équipe nationale revient d’abord à l’Etat est une aberration. Combien de temps allons nous voiler la face et porter l’accusation uniquement à l’endroit de la fédération et autres responsables ?

Tout laisse croire que le Tchad est le seul pays au monde où les premiers dirigeants n’aiment pas le sport et particulièrement le football pour pouvoir l’encourager à aller de l’avant. La preuve, c’est que l’exploit des Sao au match aller du deuxième tour préliminaire de la coupe du monde 2018 face aux Pharaons d’Egypte à domicile, a été multiplié par zéro. Parce que juste après cette glorieuse victoire, les autorités en charge du sport ont attendu le jour J avant de faire survoler les Sao en direction d’Alexandrie où le match retour s’est déroulé. Conséquence : 4 buts à 0 était la correction infligée par l’équipe égyptienne à leurs visiteurs. Alors que cette victoire a été célébrée tambour-battant dans tous les coins de Ndjamena à tel que certaines familles en ont fait des frais. Des accidents mortels, suite aux parades des engins à deux roues ont emporté au moins trois supporters débordés de joie. Malheureusement, leurs mémoires n’ont pas été honorées avec la débâcle subie au match retour. Quel gâchis !

En clair, le forfait des Sao est parti de la réclamation intégrale de leurs primes de match sans lesquelles ils refusent de faire le voyage. Sous d’autres cieux, l’Etat allait intervenir pour débloquer la situation afin d’éviter, ne serait ce que la sanction dont on a été victime. Mieux, discuter avec les joueurs en vue d’une solution idoine. Or, le département en charge des sports est resté muet comme une carpe. Tel qu’un spectateur moins aguerri à la situation, l’actuel patron du département des sports a écrit plus tard à la FTFA pour demander des explications par rapport à ce forfait et autres échecs du Tchad aux  différentes phases des compétitions africaines. Et ce, après la lourde sanction infligée par la CAF contre l’équipe nationale A pour une durée de trois ans. En d’autres termes, la sélection sénior sera privée uniquement des éliminatoires de la CAN 2019.

A ce stade, l’on ne peut en aucun cas jeter de l’anathème sur la FTFA qui gère uniquement les aspects de préparations physiques et techniques de l’équipe nationale.

DOUNIA Tao

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*