Situation du football tchadien : Plan de développement 2017-2018

Le siège de la Féderation Tchadienne de Football

L’organisation du football tchadien bat de l’aile malgré les efforts consentis jusque-là. Les stratégies adoptées pour mener à bien les actions susceptibles de donner à notre football une visibilité sur le plan national et international, rencontrent diverses difficultés pour leur mise en œuvre au regard des ressources limitées de la FTFA engagée sur plusieurs chantiers à la fois. Ce sont entre autres : le développement du football de base, football de jeunes, football féminin, la formation, le Beach Soccer et même les sélections nationales. Les apports parcimonieux de l’Etat et des sponsors souvent aléatoires ne permettent pas d’agir efficacement en respectant le plan de développement adopté.

Le programme FORWARD proposé par la FIFA permettra donc de recadrer le plan de développement de notre football, de lui assurer un suivi et évaluation méticuleux afin d’atteindre les objectifs fixés dans les secteurs ci-dessus déterminés. Ce programme que la FIFA étale sur quatre ans, nécessite que son exécution se fasse en deux étapes afin de faciliter son suivi et évaluation de manière efficace. Pour ce faire, il est présenté ici un plan de développement sur deux ans qui prend en compte : le football de base, de jeunes, féminin, le Beach Soccer et la formation. Ce programme biennal, constitué d’actions articulées et progressives dans les différents secteurs retenus aidera sans doute notre football à atteindre le stade de sa maturité, celui de rivaliser vaillamment avec le football continental dans les différentes catégories (masculine et féminine).

Le football de base qui enrôle les deux sexes dont l’âge varie de 6 à 12 ans est d’une importance capitale pour un vaste pays comme le nôtre avec une superficie de 1.284.000km2.. L’immensité de l’étendue géographique présente certainement des avantages et des difficultés quant à l’épanouissement de nos enfants dans le domaine du football. Pour minorer ces différences culturelles et donner la chance à tous nos enfants de se brasser et être éduqués, la pratique du football dans les zones reculées, dans les écoles et en dehors, est sans doute un outil incommensurablement efficace. Bien au-delà de l’objectif premier, celui de faire pratiquer le football en vue de détecter ceux qui pourront jouer au haut niveau, il est important de souligner que cette pratique par les jeunes garçons et filles de même culture, puis entre garçons et filles de différentes cultures est nécessaire. Il est évident que pour mener à bien ce chantier, il faut nécessairement associer les établissements scolaires, les autorités traditionnelles, confessionnelles et notamment les parents.

Ainsi, il a été planifié dans le cadre de ce programme, quatre grassroots et huit ‘’live your goal’’ pour l’année 2017 et 2018. Il s’agit là de donner l’opportunité aux enfants de deux sexes de découvrir le bonheur et la joie que peut procurer le football.

Le football de jeunes, espoir inéluctable, source de transformation sociale, gage de l’évolution du football moderne doit, bénéficier d’une attention particulière de la part de tous les principaux acteurs qui sont : la FIFA, la FTFA et l’Etat. Et ce, pour que l’objectif final, celui de se doter d’équipes masculines et féminines compétitives sur l’échiquier continental et mondial soit une réalité. La mise en place des actions cohérentes dans le cadre du programme Forward s’impose. C’est ainsi qu’il est mis un accent particulier sur la formation et les compétitions des jeunes U-15 et U-17. Dans la première partie de ce plan d’action biennal, 16 ligues sur 23 que totalise la FTFA sont pris en compte.

En 2017, sera mis en chantier le championnat des centres de formations et écoles de football de Ndjamena et autres villes. Les championnats régionaux plus le Play-off des U-17 dans 16 ligues régionales. En 2018 sera établi dans les ligues régionales la compétition des U-15, par contre celle des U-17 sera maintenue dans 16 ligues. Le suivi et l’évaluation des actions programmées permettront de mesurer l’impact sur notre football au bout de deux ans. Il s’agit d’élargir la base de la pratique et surtout d’assurer une formation adéquate et efficiente aux jeunes en vue des meilleurs résultats dans le moyen terme au niveau des clubs, des sélections nationales U-17, U-20, U-23 et à long terme, la sélection nationale sénior.

Le programme Forward aidera certainement à booster notre football féminin qui est à l’état embryonnaire. La pratique du football par le genre est disparate sur l’étendue du territoire. A Ndjamena et dans la partie méridionale du pays, l’implantation de la discipline fait son chemin, l’engouement pour la pratique est très perceptible. Par contre, dans la partie septentrionale une sensibilisation de proximité s’avère nécessaire. Le programme Forward contribuera à vulgariser la pratique du football dans cette frange du pays, à priori, dans les établissements scolaires. Du cadre scolaire, naitront les pratiquantes qui prendront part aux compétitions régionales puis nationales. Ce programme est un projet à moyen terme. Quant à l’amélioration des championnats régionaux, le Play off et la mise en place des structures pour les sélections nationales U-17, U-20 et les sélections nationales sénior est un projet à long terme.

Le plan d’action biennal en ce qui concerne le Beach Soccer mettra en œuvre une politique progressive de sa vulgarisation dans un premier temps à N’Djamena ensuite dans les ligues régionales. La formation constitue un maillon important pour la réussite dudit programme car l’encadrement de qualité garantit une saine et efficace progression de nos jeunes. Les encadreurs à chaque échelle de la formation des jeunes doivent être dotés de moyens pédagogiques efficaces et efficients afin d’assurer leur rôle avec confiance et objectivité. Ainsi, pour mener à bien la transformation jusqu’à l’explosion de nos jeunes talents, dans le cadre de ce programme forward, des projets de formation, de stages de perfectionnement et de recyclages sont programmés pour les éducateurs, les entraineurs de haut niveau et des instructeurs dans les domaines masculin et féminin. Dans le même cadre, il est envisagé différents cours de formations, recyclages et perfectionnement supervisés par la FIFA, la CAF et la FTFA. La FIFA pilotera les cours de formation des instructeurs, le perfectionnement des entraineurs de haut niveau préparateurs physiques, entraineurs de football féminin, entraineurs de jeunes, initiateurs du Beach Soccer. La CAF, quant à elle, supervisera les cours pour la licence A, licence B et licence C. La FTFA assurera elle-même la formation pour la licence D fédérale dans 3 zones de développement par an.

Le programme forward initié par la FIFA à l’intention des Associations Membres, est certes un coup de pouce salutaire, mais ne saurait garantir à lui seul la pérennité du développement, de l’épanouissement de notre football : des actions, des investigations, des situations doivent être explorées pour maintenir continuellement ce travail de développement du football de jeunes et féminin, garant d’un avenir radieux pour notre football. Il serait judicieux d’assurer la continuité, de s’inscrire dans la durée pour assurer à notre football un avenir meilleur. La FTFA doit mettre son génie en branle pour concocter des stratégies capables d’attirer les sponsors. Aussi, l’Etat en ce qui le concerne, doit mettre en place une politique réelle de développement sportif qui prenne par exemple en compte la construction des infrastructures sportives, l’octroi d’une subvention à la mesure de notre ambition nationale, celle de hisser plus haut notre pays sur l’échiquier africain.

Natoltiga OKallah 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*