Discours du Président de la FTFA lors de la 9ème assemblée générale élective

Le Président de la Féderation Tchadienne de Football M. Moctar Mahamoud Hamid

« Beaucoup ne s’attendaient pas de nous voir aujourd’hui réunir dans cette salle et décider de l’avenir de notre football ».

En cette circonstance marquant notre 9ème assemblée générale élective, je voudrais saisir l’occasion pour m’acquitter d’un devoir, celui de rendre un hommage mérité à ceux et celles de notre famille du football national qui étaient présents avec nous, lors de la 8ème assemblée générale ordinaire de Moundou et, qui nous ont malheureusement rappelé par le destin.

Je voudrais à cet effet, voudrais accorder une minute de silence à leur mémoire collective.

Monsieur le représentant de la CAF ;

Chers délégués ;

Distingués invités ;

La Fédération Tchadienne de Football Association est, à sa 9ème assemblée générale élective. Celle-ci revêt un intérêt particulier. Car, il s’agit des élections d’un nouveau Comité Exécutif. De prime à bord, je voudrais d’abord vous exprimer combien je suis heureux, fier et comblé de voir ce moment arrivé. Si nous nous retrouvons aujourd’hui dans cette salle, c’est parce que Dieu l’a voulu et qu’il soit loué.

Par ailleurs, si cette assise se tient aujourd’hui, c’est grâce à la preuve irréfutable de notre solidarité, de notre unité autour de nos idéaux et des valeurs sur lesquelles nous nous inspirons. A l’évidence, je voudrais saisir cette opportunité pour exprimer au nom du Comité Exécutif sortant et en mon nom propre notre pleine gratitude aux ligues régionales, à nos partenaires et sympathisants de manière générale qui nous ont toujours soutenu et qui sont restés toujours soudés et alignés comme un seul homme derrière nous.

Je ne puis m’empêcher de partager avec vous, ce moment fort et historique de notre football et, partant de notre propre histoire. Beaucoup ne s’attendaient pas de nous voir aujourd’hui réunir dans cette salle et décider de l’avenir de notre football. A cet égard, je suis en droit de me demander, qu’est-ce qui n’a pas été prévu pour l’empêcher ? Qu’est-ce qui n’a pas été programmé, manigancé pour nous diviser ? Ils ont tout fait pour effacer le nom de la FTFA dans les arcanes des instances faîtières.

Bref, il y a eu une réelle intention de jeter dans les poubelles nos acquis et ce dont nous avons été capables de réaliser. Aussi, dans certains milieux, notre football est devenu un sujet à palabres stériles, à passions démesurées frisant parfois le fanatisme et la haine viscérale. Les délations, les discrédits et les malentendus ont élu un droit de cité dans tous les milieux du ballon rond de notre pays. Mieux, notre hiérarchie oublie parfois que le football est régi par des textes qui font sa force et sa loi sur le plan national et mondial. Heureusement qu’il ne peut en être autrement au Tchad dans ce contexte d’universalité du football.

En effet toutes les machinations par des individus en mal de popularité ou simplement mal intentionnés, resteront derrière nous à la fin de cette assise. Car, personne ne peut décider de la légitimité de notre existence à notre place. L’AG est notre instance suprême et délibérante. Oui, c’est elle et, elle seule qui incarne notre souveraineté et seule elle, est habilitée à décider et, toutes ses décisions sont exécutoires. Toutefois, par humilité, nous admettons les critiques pourvu que celles-ci soient positives, constructives et apportent un plus à notre football. Mais vouloir coûte que coûte détruire notre image et jeter dans les poubelles de l’histoire nos réalisations est une chose inadmissible.

Monsieur le représentant de la CAF ;

Distingués invités ;

Chers délégués ;

Comme le veut la tradition à l’occasion de ce type d’assises, permettez-moi de revenir sur les quatre dernières années écoulées pour nous projeter sur notre avenir et celui de notre football. Sachant que vous connaissez les grands axes de notre projet commun présenté lors de la dernière assemblée générale élective de 2012. Pardonnez-moi par avance : mes propos seront peut-être empreints d’une forme d’autosatisfaction. Je trouve que cela est normal, car les preuves sont là, palpables et irréfutables. Le bilan que je vais dresser devant vous, n’est pas simplement mon bilan, mais celui de toute une équipe, le fruit de nos efforts. Depuis quatre ans, je dirige notre fédération de manière très collégiale. J’y suis excrément attaché et j’en suis fier d’avoir accompli dignement cette mission qui m’a été confiée par vous.

Ce bilan, nous l’avons bâti ensemble dans un contexte qui n’a pas toujours été très favorable. Toutefois, en se soudant, en se retroussant bien les manches et avec le plus grand sérieux, nous y sommes arrivés. C’est pourquoi, il m’échoit de vous décliner notre bilan quadriennal.

En effet, avant de nous engager dans le processus d’exécution de notre programme de développement de 2012, nous avons décidé de faire un diagnostic général de notre situation tant administratif que technique. C’est donc pour nous le lieu de témoigner de notre pleine gratitude à la FIFA   pour avoir accepté notre adhésion au programme performance. Cette adhésion nous a permis l’organisation d’une retraite de notre Exécutif du 28 octobre au 2 novembre 2013 à Ndjamena. Nous pouvons dire ici sans risque de nous tromper que ce séminaire a été un déclic de toutes nos actions réalisées.

A l’évidence, c’est sous notre mandat que notre pays a remporté son premier et unique sacre sous régional. Cette journée du 14 décembre 2014 reste la date à inscrire en lettre d’or dans les annales de l’histoire de notre football. Car, les Sao ont gagné la coupe de la CEMAC à Malabo en Guinée Equatoriale face à l’équipe nationale de football aux Diables rouges du Congo. Sous d’autres cieux, cette année là, sera celle du décollage. Car, la béquille sur laquelle nous pouvons nous appuyer est créée, une étoile est née. Hélas ! Le ministère en charge des sports n’a pas su saisir cette perche tendue et notre football continue à faire du surplace.

Au compte de nos participations aux autres compétitions FIFA/CAF, les Sao ont eu certes, une performance en dents de scie, mais il faut également le reconnaitre. Les Sao avaient commencé à relever la tête de l’eau. Ils se sont qualifiés au deuxième tour de la coupe du monde Russie 2018 et avec à la clé une brillante victoire de (1-0) face aux Pharaons d’Egypte à Ndjamena. La suite est amère…et a choqué plus d’un concitoyen.

Aussi, le 1er championnat national intégral du Tchad qui était longtemps un rêve a pu être réalisé en février 2014. Il est, et restera le projet phare de notre mandat. Ce projet ambitieux et le seul à même de relancer le football sur toute l’étendue du territoire voire sa raison d’être n’a pu emporter l’adhésion des premiers responsables chargés du sport. Pourtant lors de son lancement, des belles promesses ont été faites. Hélas ! Nous l’avons entièrement financé sur le bonus de la FIFA qui devait en principe répondre à d’autres besoins de nos projets de développement du football.

Le football féminin, c’est encore une autre priorité de notre mandat. Avec deux éditions, nous avons jeté les jalons de cette discipline dans notre pays. Beaucoup d’autres efforts ont été entrepris, notamment le projet *Live Your Goal * de la FIFA qui a mobilisé des centaines de milieux de jeunes filles pour le festival. Voilà un autre investissement pour le développement de cette discipline.

En termes de renforcement des capacités, nos efforts ont été au-delà des attentes et le bilan est satisfaisant et élogieux. Car, en quatre ans, 829 stagiaire FIFA ont été formés dans différents domaines d’intervention (entrainement hommes et femmes, arbitrage etc.). Comme vous le savez, compte tenu des contextes mondiaux du football et de nos réalités, nous nous sommes efforcés à changer de cap, de reprendre les choses par le bon bout. A tous les niveaux, nous sommes repartis à la base, principalement sur le plan de la formation. Nous avons voulu respecter les spécificités masculines et féminines. D’où, la priorisation des grassroots et le Live your Goal.

Dans ce domaine d’intervention, en quatre ans, 180 entraineurs-encadreurs des jeunes ont été formés. Plus de 960 jeunes filles et garçons sont mobilisés pour les différents festivals à Ndjamena et dans certaines ligues régionales.

Au niveau de l’arbitrage, nous sommes également répartis à la base. A cet effet, 376 jeunes arbitres dont 68 filles ont été formés dans les différentes régions du pays. La presse n’a pas été occultée. 38 chroniqueurs sportifs ont bénéficié d’une formation en 2014. Il faut aussi relever que la gouvernance n’a pas été perdue de vue, nous avons organisé deux séminaires dont l’un destiné aux secrétaires généraux des ligues et l’autre aux présidents.

Le football étant devenu aujourd’hui une entreprise qui nécessite des moyens financiers, nous avons mis un accent particulier sur le volet marketing d’où notre partenariat avec airtel. Ce partenariat, nous a permis de réaliser plusieurs activités de développement de très grandes importances en l’occurrence les différents tournois *airtel jeunes talents*

J’ai préféré clôturer notre bilan par les infrastructures. Car, il est un domaine de prestige en termes de cadre de travail et de qualité de jeu. Je voudrais parler de notre nouveau siège en finition, la construction de la pelouse synthétique dans l’enceinte de l’Académie de Football de Milézi déjà réceptionnée. Et, la pelouse synthétique de Moundou qui est en étude de faisabilité au niveau de la FIFA.

Je suis vraiment convaincu que notre approche dans le domaine des infrastructures est le seul salut de notre football. J’ai bon espoir que nous en récoltions le fruit dans les années à venir.

Monsieur le représentant de la CAF ;

Distingués invités ;

Chers délégués ;

La vraie histoire de notre football va s’écrire Dieu voulant avec nous. Car, nous bénéficions aujourd’hui d’une véritable crédibilité vis-à-vis de tous nos interlocuteurs nationaux qu’internationaux. Ce qui donne à notre Comité Exécutif et à notre fédération beaucoup plus de force et d’influence qui nous seront bénéfiques pour l’avenir. Aussi, nous avons durant les quatre années parcouru du chemin et réalisé pleines de choses. Néanmoins, il faut aussi reconnaitre que nous pouvons et devrons mieux faire n’eût été quelques maladresses. Nous sommes certes, aujourd’hui matures, mais nous devons tirer les leçons de nos insuffisances des quatre dernières années pour faire face aux multiples défis qui se dresseront à nous.

A cet égard, dans un esprit de finaliser nos chantiers en cours et futurs, je voudrais à nouveau solliciter votre confiance afin qu’ensemble nous accompliront ces projets. J’ai vécu quatre années extraordinaires en tant que président. J’ai engrangé des expériences humaines et sportives extrêmement fortes je suis fier de ce que nous avons accompli tous ensemble et j’ai vraiment envie de continuer sur le même chemin.

Merci par avance de la confiance et j’espère que vous allez me la renouveler. Je vous assure de mon plus grand enthousiasme au service du football tchadien.

Je vous remercie…

Moctar Mahamoud Hamid

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*